robes de mariees historique styles empire victorien retro PACA

L’histoire de la robe de mariée révèle une multitude de styles depuis l’Antiquité. En effet, la robe de mariée a traversé le temps et a pris plusieurs visages imposés par l’époque et la tradition.

Je vous propose de faire un petit voyage dans le passé afin de découvrir les modes, codes et métamorphoses de la robe de mariée selon les époques jusqu’à aujourd’hui.

La robe de mariée dans l’Antiquité

Dans la Grèce antique, nous retrouvons deux types de robes de mariées : le « peplos » qui est une grande pièce de tissu maintenue à la taille par une ceinture ou une épingle de bronze ainsi que le « chilton » qui est une robe souple et ample en lin. Sous l’Empire romain, la tenue de la mariée est très codifiée. La veille du mariage, la femme doit porter une tunique blanche appelée « stola » avec un nœud d’Hercule en guise de ceinture de « chasteté » et le jour du mariage, elle ajoute à cette tenue un long manteau et des sandales de couleur jaune et se coiffe de 6 tresses et porte une couronne de fleurs d’oranger dans les cheveux.

Puis durant de nombreux siècles, la mariée ne porte pas de robe particulièrement dédiée au mariage. Elle met simplement la plus jolie robe qu’elle possède, parfois celle qu’elle porte pour se rendre à l’église, et peu importait sa couleur ! Les mariées de mariages princiers portent quant à elles une robe de couleur bordées de fourrure d’hermine blanche et des accessoires tels que la coiffe en feutre de forme pointue avec un léger voile ou la couronne en tissu en forme de diadème.

La robe de mariée au Moyen-Age

C’est à compter du Moyen-Age seulement que la tenue de mariage fait l’objet d’un achat spécifique pour l’occasion de la cérémonie, son style étant clairement défini par le rang social et les ressources des familles respectives du couple de mariés. A cette époque d’ailleurs, la robe de mariée est souvent rouge, couleur symbolisant la joie et le plaisir et va passer par de nombreuses couleurs au fil du temps : bleu, marron, jaune et même noir ! Ce sont des couleurs symboles de fertilité ou de maturité à l’époque de la renaissance et si la mariée est vêtue de blanc c’est qu’elle souhaite signifier qu’elle vient d’un milieu modeste.

La robe de mariée à la Renaissance

A l’époque de la Renaissance, le mariage devient une véritable institution et un sacrement et les robes de mariées des plus riches proposent des étoffes lourdes et onéreuses, broderies, dentelles, boutons d’or et fourrure. Les futures mariées portent des robes longues et gonflées, des fraises, des capes, et des résilles avec perles pour le maintien des cheveux (pour la noblesse). Durant toute la période de monarchie, on ne peut pas dire que la robe de mariée évolue mais qu’il y a deux tendances, une pour la femme du peuple (qui reste très simple) et une pour femme issue de la noblesse.

La robe de mariée durant l’Empire

Durant l’Empire, la robe de mariée est marquée une nouvelle fois par la mode de l’époque. Toujours très appréciée par les mariées d’aujourd’hui, la robe de mariée Empire est une robe de mariage fluide, resserrée sous la poitrine et souvent blanche. On retrouve également les manches ballon, les longues traines, des motifs dorés ainsi que les diadèmes.

La robe de mariée sous la Restauration

Puis, les futures mariées abandonnent peu à peu la robe empire pour préférer des robes de mariées plus cintrées et proposant plus d’ampleur au niveau des jambes. Les femmes portent des robes amples aux couleurs vives et variées, agrémentées de franges et de volants. C’est sous la restauration que la robe de mariée à crinoline fait son apparition. La robe à crinoline est une robe proposant une sous jupe constituée d’une sorte de cage en lame d’acier pour faire gonfler la robe, ce principe est encore utilisé aujourd’hui sur certaines robes de mariée « princesse ».

La robe de mariée de la Reine Victoria : une référence dans le monde du mariage

Appelée la robe de mariée victorienne , cette robe tient son nom de la Reine Victoria qui se marie en 1840. Cette date restera à jamais gravée dans l’histoire de la robe de mariée.

Pour son mariage en grande pompe, la Reine Victoria arbore fièrement sa robe de princesse blanche, volumineuse et richement décorée. Ses épaules sont dénudées et elle porte une couronne de fleurs et présente une traîne soulevée par de nombreuses demoiselles d’honneur. C’est ainsi que la reine Victoria bouleverse les codes de la robe de mariée. Les futures mariées de toute l’Europe issues de la bourgeoisie optent pour des robes de mariée blanches style princesse.

Sur le même modèle, la « robe de fiançailles » de Sissi l’impératrice aura un grand effet et sera aussi une illustration de référence dans le domaine de la robe de mariée.

La robe de mariée au XIXème siècle

Vers la seconde moitié du XIXème siècle, les robes de mariées commencent à devenir plus sobres et surtout moins « gonflées ». On glisse vers une robe de mariée plus simple, moins voyante et plus « pure ». Ces robes de mariées se composent d’un voile, de fleurs et de dentelle et la crinoline disparaît au profit du tailleur. Pour leur mariage, les femmes choisissent une jaquette de coupe masculine avec jupe longue et restent définitivement sur la robe blanche. Cette apparition du blanc étant aussi liée aux prémisses de la séparation de l’Eglise et de l’Etat, symbole de virginité et de pureté.

La robe de mariée du XXème siècle

La révolution industrielle voit apparaitre de nouvelles matières. La mode commence à s’intéresser au domaine du mariage et au XXème siècle, le corset disparaît et la robe se raccourcit.

La robe de mariée des années 1920

Dans les années folles, les femmes portent des robes de mariée longues, blanches et agrémentées de broderies et de dentelle. La robe se compose de matières fluides et légères et propose une coupe ample et évasée.

La taille n’est pas marquée mais la robe propose un joli tombé sur les hanches et bien souvent un décolleté. La robe de mariée des années 1920 présente divers décors de sequins, de strass ou de perles fantaisie, ainsi que des motifs graphiques tendance Art déco de l’époque. La tenue de cérémonie des ces années 20 se démarque aussi par ses accessoires : bijoux mais surtout headbands, diadèmes, peignes et voiles, sur lesquels sont ajoutés des plumes. Voir nos modèles de robes de mariées glamour rétro qui s’en inspirent…

Les créateurs d’aujourd’hui s’en inspirent encore d’ailleurs pour la création de nos robes de mariées.

La robe de mariée des années 1930

Dans les années 30, la robe de mariée est plus courte : à mi-mollet, puis sous les genoux après la seconde guerre mondiale. Sans coupe distinctive, elle est plus que jamais le reflet de la mode.

La robe de mariée des années 1950

Durant la seconde guerre, la robe de mariée se trouve réduite (robes de mariée courtes) en raison de la pénurie de tissu. Elle fait son grand retour dans les années 50 et le marché de la robe de mariée est à son apogée. Les couturiers utilisent alors des matières légères comme l’organdi, le plumetis et la toile puis la robe de mariée redevient longue et évasée jusqu’aux pieds avec Christian Dior en 1947.

Enfin, en 1956, le mariage de Grace Kelly inspire l’univers du mariage et lance une mode qui va durer longtemps :  la robe blanche tout en dentelle, soie, perles et tulle.

La robe de mariée des années 1970

Dans les années 70, deux styles radicalement différents s’opposent : la robe de mariée traditionnelle style princesse et conte de fée de la Reine Victoria et de l’impératrice Sissi puis la robe de mariée en accord avec certaines revendications de l’époque résolument tournée vers la modernité et l’expression d’une plus grande liberté de la femme. On trouve donc le style nouveau de la robe de mariée hippie, des robes de mariées longues en matière légère, l’utilisation de la soie ou de la dentelle. Bref, c’est une époque où tout est est possible pour la future mariée et certaines femmes se marient même en pantalon !

Nous assistons depuis quelques années maintenant à une tendance très marquée de la robe de mariée bohème chic , champêtre et hippie chic lié à un besoin de retour à la nature et à la douceur.

Ce style perdure et évolue grâce à la nouvelle créatrice Anna Kara qui pose un nouveau regard sur la robe de mariée. La robe de mariée bohème se pare d’audace , d’affirmation de soi et de liberté de la femme.

La robe de mariée de demain est peut-être déjà née.

En savoir plus sur la créatrice Anna Kara à l’esprit grunge et résolument contemporain, lire l’article « Anna Kara à Nice : des robes de mariée bohèmes, modernes et sensuelles »

Et venez vite voir les différents styles de robes repris par les créateurs de robes de mariées actuelles, ces robes artistiques qui ont traversé le temps ou prenez votre rendez-vous pour un essayage.

Cérémonieusement vôtre,

Gabriella
CARLYS MARIAGE ET CEREMONIE
30 rue Lamartine
06000 NICE